Parution “L’archéologie à Metz (1750-2008)”

2507660200@metzmetropole.fr_20150420_171124_002

Cet ouvrage est tiré d’une thèse de Doctorat soutenue en 2012 par Julien Trapp à l’université de Lorraine, avec le soutien du CRULH.

Résumé : Depuis le milieu du XVIIIe siècle, les découvertes archéologiques ont contribué à l’enrichissement de l’histoire messine. À cette époque, elle est l’apanage d’érudits et les mises au jour sont fortuites. L’archéologie moderne ne naît à Metz qu’à l’extrême fin du XIXe siècle, au cours de la première annexion allemande, grâce à l’oeuvre de J. B. Keune. Pendant un siècle, des personnalités marquant ainsi la recherche messine, qui se développe en raison de la réalisation de travaux d’aménagement du territoire. Scientifiquement, elle a bénéficié de l’avance de la recherche allemande au cours des deux annexions. Par conséquent le cas de Metz présente certaines particularités, inhérentes ou non au contexte national. L’archéologie messine s’est appuyée régulièrement sur les sociétés savantes, dont les membres ont contribué à la protection du patrimoine. Les Musées de Metz par le biais de leurs conservateurs ont joué un rôle décisif, tant dans la sauvegarde des vestiges que dans la diffusion des connaissances. Pendant un siècle, les méthodes d’analyse ont ainsi évolué, permettant la précision des données historiques. Cette évolution aboutit au début des années 1980 à l’émergence d’une archéologie urbaine et à une harmonisation des pratiques. Metz, et par extension sa région, est l’une des premières villes françaises à mener cette nouvelle politique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.