Journée d’études autour de Charlemagne en novembre

L’année 2014 voit la commémoration du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne. L’empreinte à Metz de cet empereur est forte depuis le haut Moyen Âge. Son aïeul, l’évêque de Metz saint Arnoul, est l’ancêtre de la dynastie carolingienne qui règne sur l’Europe occidentale entre les VIIIe et Xe siècles. Bien qu’il fixe sa capitale politique à Aix-la-Chapelle, Charlemagne ne néglige pas la cité de Metz qui devient un des foyers de la Renaissance carolingienne au milieu du VIIIe siècle, notamment grâce au rayonnement culturel de son chapitre cathédral fondé par saint Chrodegang, l’invention du chant grégorien et l’œuvre des moines de Saint-Arnoul, abbaye qui devient nécropole de certains membres de la famille impériale. C’est pourquoi la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine organisera le samedi 8 novembre une journée d’étude autour de ce thème pour commémorer comme il se doit cet événement.

???????????????????

Conférence hors les murs de l’Académie ce soir à 18h au grenier des Récollets, entrée libre « La vérité sur la fausse Jeanne d’Arc de Metz »

Jeanne des Armoises - Claude des Armoises

L’Académie nationale de Metz renoue avec la tradition de ses conférences « hors les murs ». La première de la saison 2013-2014 sera prononcée par Mme Mireille CHAZAN, professeur émérite à l’Université de Lorraine et membre titulaire de l’Académie nationale de Metz , jeudi 30 janvier 2014, à 18h, dans la salle capitulaire du cloître des Récollets, sur les hauteurs de Sainte-Croix. Elle aura pour thème :

 

LA VERITE SUR LA FAUSSE JEANNE D’ARC DE METZ

 

L’académicienne reviendra sur une question souvent débattue, en s’appuyant en particulier sur la Chronique du doyen de la collégiale Saint-Thiebault, qui relate l’histoire d’une jeune femme, Jeanne des Armoises, qui se faisait passer dans la région de Metz pour la véritable Jeanne d’Arc plusieurs années après que celle-ci eut été brûlée sur le bûcher à Rouen en 1431. Nul doute que la mise au point d’une éminente médiéviste intéressera le public messin, en soumettant la légende au regard de l’historien.

 

Présence des universitaires lorrains au stage d’ecdotique des Sources Chrétiennes

Depuis 1994, l’équipe des Sources Chrétiennes organise presque chaque année une session de formation, dite « semaine ecdotique ». Le stage suit les différentes étapes d’un livre-type de la collection Sources Chrétiennes. Sont envisagés successivement les problèmes liés à la lecture des manuscrits : collation, rédaction du texte critique avec ses apparats (apparat scripturaire, apparat des sources et des parallela, apparat critique), traduction, choix et rédaction des notes, index. Les exemples sont majoritairement empruntés à la littérature patristique grecque et latine. Le prochain stage aura lieu du 3 au 7 mars 2014.
L’université de Lorraine est très représentée à ce stage, puisque l’atelier de latin est co-animé par Jacques Elfassi (Metz) et qu’une conférence est donnée par François Richard (Nancy).
Voir la page consacrée à ce stage et plus précisément le programme 2014.

Nouvelle publication : M.-A. Vannier (éd.), La Christologie et la Trinité chez les Pères

Marie-Anne Vannier (éd.), La christologie et la Trinité chez les Pères, Paris, 2013.

Éditeur : Éditions du Cerf
Collection : Patrimoines – Christianisme
448 pages
ISBN : 978-2-204-10121-9
39 €

Cet ouvrage unique en son genre contribue considérablement à la recherche patristique. Reprenant les écrits d’un certain nombre de spécialistes, il rend véritablement compte de la perspective des Pères de l’Église qui ne dissociaient pas la christologie et la théologie trinitaire, comme en témoigne la formule de Nicée de 325, qui affirme la consubstantialité, l’identité de nature entre le Père et le Fils. En effet, l’apport du concile de Nicée est non seulement christologique, dans la mesure où la divinité du Fils est mise en évidence, mais il est aussi trinitaire, ce que l’on oublie souvent, car le Fils est l’un de la Trinité.
À partir de l’étude précise des Pères tant grecs que latins, d’Irénée à Léon le Grand sans oublier la réception d’Isidore de Séville et la relecture contemporaine par un auteur comme Hans Urs von Balthasar, cet ouvrage donne un large panorama de la manière dont les Pères comprenaient le Christ et la Trinité. Leur réflexion est encore d’actualité : à l’heure du dialogue interreligieux, ils permettent de saisir le sens de ce monothéisme trinitaire qu’est le christianisme et le message de vie, d’espérance et de salut qu’il propose.
Ce livre est publié avec le concours du centre Écritures de l’université de Lorraine.

Table des matières

Marie-Anne Vannier, Présentation

Première partie
LA CHRISTOLOGIE CHEZ LES PÈRES

Marie-Anne Vannier, L’essor de la christologie patristique
Agnès Bastit, « S’asseoir sur le puits et marcher sur la mer ». La lecture antithétique des récits évangéliques dans la première littérature chrétienne
Michel Fédou, La christologie d’Origène
Enrico Cattaneo, L’adoration du Christ chez Athanase d’Alexandrie
Hélène Grelier, La pensée d’Apolinaire à travers le prisme de Grégoire de Nysse : enjeux de l’expression νoȗς ένσαρκoς
Alexandre Siniakov, Le Christ dans la liturgie byzantine
Gérard Rémy, Passivités du Christ, leur interprétation chez Grégoire de Nazianze et Augustin d’Hippone
Gérard Nauroy, Le Christ et la Loi dans le premier livre de la correspondance d’Ambroise de Milan
Yves Meessen, « Christus totus », interprète de sa manifestation
Laurent Pidolle, Le sens de l’histoire et de l’accomplissement dans la christologie de saint Léon le Grand
Laurent Pidolle, La divinisation de la volonté humaine du Christ et sa liberté chez saint Maxime le Confesseur
Jacques Elfassi, Les noms du Christ chez Isidore de Séville (« Etym. » VII, 2)
Jean Ehret, À la lumière et à l’exemple des Pères. Quelques aspects du rapport entre Écriture, christologie et patristique chez Hans Urs von Balthasar

Deuxième partie
LES PÈRES ET LA THÉOLOGIE TRINITAIRE

Marie-Anne Vannier, La Trinité chez les Pères
René Lafontaine, La Trinité chez Athanase
Bernard Pottier, Grégoire de Nysse et la Trinité
Gérard Rémy, La pneumatologie de Grégoire de Nazianze dans le Discours 31
Daniel Dideberg, Le mystère trinitaire et le commentaire augustinien de la première épître de saint Jean
Yves Meessen, La relation dans la théologie trinitaire de saint Augustin
Jacques Elfassi, La Trinité chez Isidore de Séville. Étude de « Diff. », II, 2-3 et « Etym. », VII, 4
Emmanuel Bohler, Élisabeth de la Trinité et les Pères
Jean Ehret, Balthasar et les analogies trinitaires. Note marginale à propos de « Théologique » II

Source : Éditions du Cerf