H. Schwaetzer et M.-A. Vannier (éd.), Der Bildbegriff bei Meister Eckhard und Nikolaus von Kues

Harald Schwaetzer et Marie-Anne Vannier (éd.), Der Bildbegriff bei Meister Eckhard und Nikolaus von Kues, Münster, 2015.

Éditeur : Aschendorff
Collection : Texte und Studien zur Europäischen Geistesgeschichte – Reihe B – Band 9
268 pages
ISBN : 978-3-402-15996-5
48 €

Der Bildbegriff stellt im Denken der Rheinischen Mystiker und bei Nikolaus von Kues einen zentralen Verständnisschlüssel da. Systematisch spannt der Begriff ein Feld zwischen Anthropologie, Malerei und theologischer Gotteslehre auf. So lautet die cusanische Bestimmung des Menschen, er sei ein „lebendiges Bild Gottes“. Die Lebendigkeit dieses Bildes kommt speziell in seinem Verhältnis zu Gott zum Ausdruck; es ist von Seiten des Menschen aus als ein Erkenntnisweg zu beschreiben, bei dem Selbst- und Gotteserkenntnis einander bedingen. Beide Seiten dieses Bildverständnisses sind ein wesentliches Thema der Wechselbeziehungen zwischen diesen philosophisch-theologischen Positionen und der Malerei der Zeit. Der vorliegende Band eröffnet exemplarische Perspektiven auf diese Dimensionen des Bildbegriffs zwischen Meister Eckhart und Nikolaus von Kues.

Dr. Harald Schwaetzer, ist Professor für Philosophie an der Cusanus Hochschule i.G. und Gastprofessor an der Universität Hildesheim.
Marie-Anne Vannier, ist Professor für Theologie an der Universität der Lorraine und Directrice der Équipe de Recherches de Mystique Rhénans.

 

Source : Aschendorff

Maître Eckhart, Commentaire du Livre de la Sagesse

Commentaire du Livre de la Sagesse

Maître Eckhart, Commentaire du Livre de la Sagesse. Traduit du latin par Jean-Claude Lagarrigue et Jean Devriendt. Introduction et commentaires par Marie-Anne Vannier, Paris, 2015.

Éditeur : Les Belles Lettres
Collection : Sagesses médiévales, 15
288 pages
ISBN : 978-2-251-18317-6
35 €

Ce livre constitue la première traduction française du Commentaire de la Sagesse. C’est un événement pour les études eckhartiennes, dans la mesure où il rend accessible une oeuvre majeure d’Eckhart, en la situant dans son contexte : celui de l’enseignement parisien du Thuringien, et en en dégageant ses enjeux. Illustrant l’unité organique de l’oeuvre tripartite, qui est partiellement perdue, le Commentaire de la Sagesse nous donne une idée de cette grande synthèse théologique où, à partir de l’Écriture, qu’il lit en tenant compte de l’apport de Maïmonide et des Pères, Eckhart apporte une contribution originale à l’anthropologie. Articulée autour de la figure du juste, son anthropologie est fondée sur une ontologie théologale, où il envisage le passage de la création à la création nouvelle et explique que la Trinité rend possible la naissance de Dieu dans l’âme.
Cet ouvrage présente également l’intérêt d’être l’un des seuls commentaires complets du Livre de la Sagesse, même s’il en retient principalement quatre-vingt-onze passages. Et pour en rendre compte, Eckhart s’appuie sur l’acquis de ses prédécesseurs : principalement Augustin et Maïmonide, et il apparaît même comme l’un des meilleurs lecteurs d’Augustin au Moyen Âge. Dans ce Commentaire, Eckhart passe de la sagesse philosophique à la sagesse théologique pour en venir à la sagesse mystique.

Source : Les Belles Lettres