Publication « Une ville face au climat : Metz à la fin du Moyen Âge (1400-1530) » (L. Litzenburger)

une-ville-face-au-climat-couverture

L’Histoire du climat à l’échelle d’une société à taille humaine

Dans la lignée des travaux fondateurs d’Emmanuel Le Roy Ladurie (auteur de la préface), ce projet de publication s’inscrit dans la réflexion contemporaine sur les sociétés confrontées aux changements climatiques, en s’intéressant au cas particulier de Metz et de son plat-pays, un véritable « État urbain » qui constitue une originalité au Nord des Alpes et qui s’est construit autour de l’une des plus grandes cités de l’Europe occidentale à l’orée de la Renaissance.

Du local au global : une histoire de la vulnérabilité et de la résilience face au climat

Cet essai d’histoire globale envisage le climat comme une contrainte qui oblige les sociétés à mettre en place diverses stratégies pour s’en affranchir ou s’y adapter. L’enquête mesure la vulnérabilité climatique de la société messine au début – mal connu – du Petit Âge Glaciaire, ainsi que sa capacité de résilience, c’est-à-dire son aptitude à prévoir, anticiper ou sortir des crises induites par le climat. Cet ouvrage de synthèse compare la situation messine aux régions voisines de l’Europe occidentale en s’appuyant sur les recherches internationales les plus récentes dans ce domaine, au croisement de l’Histoire, de la Géographie et de la Climatologie.

Un sujet dans l’air du temps

Au moment de la publication du 5e rapport du GIEC et alors que se prépare la 21e Conférence Climat, à Paris en 2015, il est important de ne pas perdre la mémoire : la mise en perspective historique aide à comprendre et, peut-être, à agir.

Fruit de la recherche publique, cette thèse remaniée (Prix spécial du jury du concours de thèse 2012 de la Société Française d’Histoire Urbaine) s’adresse aux chercheurs comme au grand public : elle est riche d’une iconographie abondante (plus de 170 illustrations : plans, cartes, tableaux, graphiques, reproductions d’enluminures, etc.), complétée d’un CD-Rom qui contient les principales bases de données exploitées dans l’étude et s’appuie sur des sources très largement inédites.

Parution « L’archéologie à Metz (1750-2008) »

2507660200@metzmetropole.fr_20150420_171124_002

Cet ouvrage est tiré d’une thèse de Doctorat soutenue en 2012 par Julien Trapp à l’université de Lorraine, avec le soutien du CRULH.

Résumé : Depuis le milieu du XVIIIe siècle, les découvertes archéologiques ont contribué à l’enrichissement de l’histoire messine. À cette époque, elle est l’apanage d’érudits et les mises au jour sont fortuites. L’archéologie moderne ne naît à Metz qu’à l’extrême fin du XIXe siècle, au cours de la première annexion allemande, grâce à l’oeuvre de J. B. Keune. Pendant un siècle, des personnalités marquant ainsi la recherche messine, qui se développe en raison de la réalisation de travaux d’aménagement du territoire. Scientifiquement, elle a bénéficié de l’avance de la recherche allemande au cours des deux annexions. Par conséquent le cas de Metz présente certaines particularités, inhérentes ou non au contexte national. L’archéologie messine s’est appuyée régulièrement sur les sociétés savantes, dont les membres ont contribué à la protection du patrimoine. Les Musées de Metz par le biais de leurs conservateurs ont joué un rôle décisif, tant dans la sauvegarde des vestiges que dans la diffusion des connaissances. Pendant un siècle, les méthodes d’analyse ont ainsi évolué, permettant la précision des données historiques. Cette évolution aboutit au début des années 1980 à l’émergence d’une archéologie urbaine et à une harmonisation des pratiques. Metz, et par extension sa région, est l’une des premières villes françaises à mener cette nouvelle politique.

Journée d’études autour de Charlemagne en novembre

L’année 2014 voit la commémoration du 1200e anniversaire de la mort de Charlemagne. L’empreinte à Metz de cet empereur est forte depuis le haut Moyen Âge. Son aïeul, l’évêque de Metz saint Arnoul, est l’ancêtre de la dynastie carolingienne qui règne sur l’Europe occidentale entre les VIIIe et Xe siècles. Bien qu’il fixe sa capitale politique à Aix-la-Chapelle, Charlemagne ne néglige pas la cité de Metz qui devient un des foyers de la Renaissance carolingienne au milieu du VIIIe siècle, notamment grâce au rayonnement culturel de son chapitre cathédral fondé par saint Chrodegang, l’invention du chant grégorien et l’œuvre des moines de Saint-Arnoul, abbaye qui devient nécropole de certains membres de la famille impériale. C’est pourquoi la Société d’Histoire et d’Archéologie de la Lorraine organisera le samedi 8 novembre une journée d’étude autour de ce thème pour commémorer comme il se doit cet événement.

???????????????????

Conférence hors les murs de l’Académie ce soir à 18h au grenier des Récollets, entrée libre « La vérité sur la fausse Jeanne d’Arc de Metz »

Jeanne des Armoises - Claude des Armoises

L’Académie nationale de Metz renoue avec la tradition de ses conférences « hors les murs ». La première de la saison 2013-2014 sera prononcée par Mme Mireille CHAZAN, professeur émérite à l’Université de Lorraine et membre titulaire de l’Académie nationale de Metz , jeudi 30 janvier 2014, à 18h, dans la salle capitulaire du cloître des Récollets, sur les hauteurs de Sainte-Croix. Elle aura pour thème :

 

LA VERITE SUR LA FAUSSE JEANNE D’ARC DE METZ

 

L’académicienne reviendra sur une question souvent débattue, en s’appuyant en particulier sur la Chronique du doyen de la collégiale Saint-Thiebault, qui relate l’histoire d’une jeune femme, Jeanne des Armoises, qui se faisait passer dans la région de Metz pour la véritable Jeanne d’Arc plusieurs années après que celle-ci eut été brûlée sur le bûcher à Rouen en 1431. Nul doute que la mise au point d’une éminente médiéviste intéressera le public messin, en soumettant la légende au regard de l’historien.